EN / FR


BIOGRAPHIE

JULIE ROUSSE née en 1979. Vit et travaille à Paris.
Artiste sonore, improvisatrice et compositrice électroacoustique.

Julie Rousse est une phonographe passionnée, toujours à la recherche de nouveaux fieldrecordings, explorant différentes formes de capture du son avec différentes machines, dans des contextes choisis et particuliers, urbains, naturels ou industriels.

Dans une pratique de l’improvisation libre, elle utilise cette collection sonore à l’aide d’une plateforme numérique de traitement du son en temps réel, fouillant la matière brute - intrusion dans le détail sonore - à la recherche de textures et de rythmes afin de créer des univers poétiques. Plus récemment, elle axe son travail sur la dimension physique et corporelle du musicien électronique, recherchant l’extension de son terrain de jeu dans la performance.

Son travail de composition électroacoustique, inspiré par ses études en Scénographie, est à la recherche d’une relation entre l’Auditeur, l’Espace et le Rêve. Créant des univers fourmillants et immersifs, Julie Rousse délivre des pièces tout à fait personnelles issues d’un travail in-situ, à partir de sons enregistrés pour un projet déterminé, traduisant par le sonore ses impressions sensibles – afin d’être déployé dans un lieu spécifique et/ou à un moment précis.

Depuis 2001, elle joue dans de nombreux lieux, festivals et évènements, lors de performances sonores, en solo ou en collaboration avec des artistes de la scène expérimentale internationale. Son travail a été présenté entre autres, lors de Suoni per il Popolo (Montréal, Canada ; 2002, 2004), Nuit Blanche (Paris ; 2005, 2011, 2015), Send and Receive (Winnipeg, canada ; 2011), Le Fest (Tunis, Tunisie ; 2011), Flussi (Naples, 2013), Tsonami (Valparaiso, Chili ; 2013, 2015), Centre Pompidou (Paris ; 2017), Musée de l’Homme (Paris, 2017).

Ses pièces ont été publiées sur les labels Sub Rosa, TsukuBoshi, Zeromoon, NoType et diffusées sur Arte radio, France Culture et Radio Libertaire.

Lauréate de la bourse Hors les Murs de l’Institut Français en 2015, elle effectue une résidence de recherche dans un communauté autochtone au sud du Chili.